Autour de Pierre Rabhi

Reine des prés

La charte et ses idées a mettre en œuvre…

Quelle planète laisserons-nous à nos enfants ? Quels enfants laisserons-nous à la planète ?

La planète terre est à ce jour la seule oasis de vie que nous connaissons au sein d’un immense désert sidéral. En prendre soin, respecter son intégrité physique et biologique, tirer parti de ses ressources avec modération, y instaurer la paix et la solidarité entre les humains, dans le respect de toute forme de vie, est le projet le plus réaliste, le plus magnifique qui soit.

Constat

La Terre et l’Humanité gravement menacées

Le désastre de l’agriculture chimique

L’industrialisation de l’agriculture, avec l’usage massif d’engrais chimiques, de pesticides et de semences hybrides et la mécanisation excessive, a porté gravement atteinte à la terre nourricière et à la culture paysanne. Ne pouvant produire sans détruire, l’humanité s’expose à des famines sans précédent.

Humanitaire à défaut d’humanisme

Alors que les ressources naturelles sont aujourd’hui suffisantes pour satisfaire les besoins élémentaires de tous, pénuries et pauvreté ne cessent de s’aggraver. Faute d’avoir organisé le monde avec humanisme, sur l’équité, le partage et la solidarité, nous avons recours au palliatif de l’humanitaire. La logique du pyromane- pompier est devenue la norme.

Déconnexion entre l’humain et la nature

Majoritairement urbaine, la modernité a édifié une civilisation « hors-sol », déconnectée des réalités et des cadences naturelles, ce qui ne fait qu’aggraver la condition humaine et les dommages infligés à la terre.

Le mythe de la croissance illimitée

Le modèle industriel et productiviste sur lequel est fondé le monde moderne prétend appliquer l’idéologie du « toujours plus » et la quête du profit illimité sur une planète limitée. L’accès aux ressources se fait par le pillage, la compétitivité et la guerre économique entre les individus. Dépendant de la combustion énergétique et du pétrole dont les réserves s’épuisent, ce modèle n’est pas généralisable.

Les pleins pouvoirs de l’argent

Mesure exclusive de prospérité des nations classées selon leur PIB et PNB, l’argent a pris les pleins pouvoirs sur le destin collectif. Ainsi, tout ce qui n’a pas de parité monétaire n’a pas de valeur et chaque individu est oblitéré socialement s’il n’a pas de revenu. Mais si l’argent peut répondre à tous les désirs, il demeure incapable d’offrir la joie, le bonheur d’exister…

Propositions

Vivre et prendre soin de la vie

Incarner l’utopie

L’utopie n’est pas la chimère mais le “non lieu” de tous les possibles. Face aux limites et aux impasses de
notre modèle d’existence, elle est une pulsion de vie, capable de rendre possible ce que nous considérons
comme impossible. C’est dans les utopies d’aujourd’hui que sont les solutions de demain. La première utopie est à incarner en nous-mêmes car la mutation sociale ne se fera pas sans le changement des humains.

Sobriété heureuse

Face au “toujours plus” qui ruine la planète au profit d’une minorité, la sobriété est un choix conscient inspiré par la raison. Elle est un art et une éthique de vie, source de satisfaction et de bien-être profond. Elle représente un positionnement politique et un acte de résistance en faveur de la terre, du partage et de l’équité.

Le féminin au cœur du changement

La subordination du féminin à un monde masculin outrancier et violent demeure l’un des grands handicaps à l’évolution positive du genre humain. Les femmes sont plus enclines à protéger la vie qu’à la détruire. Il nous faut rendre hommage aux femmes, gardiennes de la vie, et écouter le féminin qui existe en chacun d’entre nous.

L’agroécologie, alternative indispensable

De toutes les activités humaines, l’agriculture est la plus indispensable car aucun être humain ne peut se passer de nourriture. L’agroécologie que nous préconisons comme éthique de vie et technique agricole permet aux populations de regagner leur autonomie, sécurité et salubrité alimentaires tout en régénérant et préservant leurs patrimoines nourriciers.

La Terre et l’humanisme indissociable

Nous reconnaissons en la terre, bien commun de l’humanité, l’unique garante de notre vie et de notre survie. Nous nous engageons en conscience, sous l’inspiration d’un humanisme actif, à contribuer au respect de toute forme de vie et au bien-être et à l’accomplissement de tous les êtres humains. Enfin, nous considérons la beauté, la sobriété, l’équité, la gratitude, la compassion, la solidarité comme des valeurs indispensables à la construction d’un monde viable et vivable pour tous.

Relocalisation de l’économie

Produire et consommer localement s’impose comme une nécessité absolue pour la sécurité des populations à l’égard de leurs besoins élémentaires et légitimes. Sans se fermer aux échanges complémentaires, les territoires deviendraient alors des berceaux autonomes valorisant et soignant leurs ressources locales. Agriculture à taille humaine, artisanat, petits commerces… devraient être réhabilités afin que le maximum de citoyens puissent redevenir acteurs de l’économie.

Une autre éducation

Nous souhaitons de toute notre raison et de tout notre cœur une éducation qui ne se fonde pas sur l’angoisse de l’échec mais sur l’enthousiasme d’apprendre. Qui abolisse le “chacun pour soi” pour exalter la puissance de la solidarité et de la complémentarité. Qui mette les talents de chacun au service de tous. Une éducation qui équilibre l’ouverture de l’esprit aux connaissances abstraites avec l’intelligence des mains et la créativité concrète. Qui relie l’enfant à la nature à laquelle il doit et devra toujours sa survie et qui l’éveille à la beauté et à sa responsabilité à l’égard de la vie. Car tout cela est essentiel à l’élévation de sa conscience.

Signez la Charte pour la Terre et l’Humanisme !
www.colibris-lemouvement.org

Ca pousse !

La pluie a apporté un peu plus de 200 litres en 15 jours ! Cela représente 1/3 de l’eau récolté cet hiver; (“entre la fin de l’automne à la reprise des semis (mi-mars) )
La cuve de 1000 l n’ as pas suffit.
Les semis de maïs, d’ haricots la Victoire, des pois, des salades, et des fèves,  on été arrosés régulièrement certains en profondeur et d’autre superficiellement et ça jusque jusque mi-juillet.
Grrrrrr !!!! en plus vu la chaleur l’ altise est venu si foutre et les crucifères qui sont sensible a cet insecte ont souffert mais ça reprend vie maintenant .

image
Elle est originale cette saison 2016-2017 au jardin !

+++street city, smart city +++

C’est rare pour moi d’ aller a Rotterdam un dimanche car franchement il y a trop de monde … par contre pour faire une ballade vélo au son de  “A Tourist in New-York” !
On s’ y croirait presque…

Magical journée, merci encore les Kiné (e)s de me permettre de vivre mieux de temps en temps .

Strak’s …

Quel est la place laissé aux handicapés dans une société capitaliste urbaine !

Pour faire court géographiquement Bruxelles c’est pas le plat pays ! 


Voilà ça va faire quatre ans que j’ai eu mon accident de roller! Quatre d’années à me battre contre le stress des gens qui ne savent que je suis fragile, que me faire tomber sans le faire exprès peut être lourd de conséquences, que mes douleur sont là constamment depuis la chute du tram !  et la peur de ne pas remarcher correctement ça c’est assez flippant mais bon comme je me le répéte souvent Vanessa le potager et les chats sont là ! Donc tout va ! 

Insomnie estivale

Fruits/ 

Oui j’aime la nuit son calme sa sagesse et son allégresse ! Regarder Sundance et tomber sur un bon film en anglais sous titré Fr  j’adore… 

Tout cela est bien créatif et très inspirant! @Good Dick 

Today it’s a good day !

Hello, A mes amis belges j’ ai un grand besoin de bocaux comme ceux sur la foto ! si jamais vous en avez une dizaine sous la main et que je doivent pas utiliser de solvant pour enlever la colle je les veux bien, car les récoltes se font de plus en importantes… et c’est grand temps de conserver tout cela.
Malgré mon handicap je veux bien venir les chercher et je vais de ce pas faire un Doodle pour s’ organiser au mieux
Bisous a vous

 
IMG_9530.jpg

 

Noeuds lunaire & occultation de planètes

Ce week-end c’ était un moment intense pour la biodynamie.

En gros ça veut dire reste chez toi,
prends ce que tu veut pour te nourrir dans ton potager mais pas de travail du sol ni de taille et encore moins de plantations…
Je pense vraiment que handicap et potager en biodynamie sont une bonne équation, les médicaments vont bien, le moral aussi mais que le sol est bien bas pour mon handicap du coup mon ciné m’ a dit que je devait être a genoux au maximum … ça existe une formation ergo-jardino-therapeute ….?

Bisous de Bruxelles ou pas !